Retourner aux fiches des reptiles


TRIBOLONOTUS novaeguineae

NOM SCIENTIFIQUE : TRIBOLONOTUS novaeguineae
NOM VERNACULAIRE : Scinque crocodile épineux
FAMILLE : Scincidae
GENRE : Tribolonotus
ESPECE : novaeguineae
REPARTITION :Papouasie Nouvelle-Guinée occidentale, îles Salomon, Nouvelle-Calédonie, Indonésie
ORDRE : Squamate
SOUS-ORDRE : Sauriens
BIOLOGIE : Ovipare, terrestre, fouisseur.
CITES : /
Règlement (CE) n° 338/97 : /
Taille adulte : 17cm à 20cm moyenne 18.5 cm
tribolonotus novaeguineae

TEMPÉRATURE :

23° et 28° le jour, et entre 17° et 20° la nuit avec une variante de plus ou moins 2°C pas dépasser 30° La température de jour situe entre 23°C et 28°C.
La nuit une température de 17°C à 20 °C est recommandé.
Attention car cette espèce est très sensible aux températures dépassant les 30°C.

HYGROMÉTRIE :

L'hygrométrie joue un rôle important, c'est pourquoi il est essentiel de vaporiser quotidiennement l'ensemble du terrarium avec de l'eau tempérée. Le mieux étant si possible de mettre en place un système de brumisation afin d'avoir une hygrométrie élevée. Une hygrométrie de 60 à 90% est nécessaire, il ne faut pas qu'elle se situe en dessous de 60%.

ÉCLAIRAGE / LUMINOSITÉ DE LA PIÈCE :

Cette espèce étant fouisseuse elle ne bénéficiera que très peu des UV, en revanche il faudra tout de même avoir un néon 5.0 UVB.
10 - 14 heures durant 8 mois puis on descendra progressivement l'éclairage (par exemple par palier de 5min avec un programmateur), afin d'arriver à 10 - 12 heures pour simuler une période d'hiver.

DESCRIPTION :

Le scinque crocodile épineux ne mesure pas plus de 20cm une fois adulte. Contrairement au TRIBOLONOTUS gracilis, le TRIBOLONOTUS novaeguinae n'a pas de coloration orange autour des yeux, en revanche on pourra observer une légère coloration rosâtre sur certaines écailles de son corps.
Cette espèce est encore très peu connu en France, pourtant elle est très intéressante et son aspect "préhistorique" le rend vraiment unique !
Le TRIBOLONOTUS à également la capacité exceptionnelle de vacaliser.

Tribolonotus novaeguineae description

LONGÉVITÉ :

Il n'y a malheureusement pas encore assez de recul dans le monde de la terrariophilie pour pouvoir ce prononcer sur ce point. Certains éleveurs disent avoir des spécimens de plus d'une dizaine d'années.

DISTRIBUTION GÉOGRAPHIQUE :

Le TRIBOLONOTUS novaeguineae est endemique des archipels du Nord-Est de l'Australie, à savoir : Papouasie Nouvelle-Guinée occidentale, îles Salomon, Nouvelle-Calédonie, Indonésie.

tribolonotus-nouvelle-caledonie tribolonotus-nouvelle-guinee tribolonotus-ile-salomon
Source : http://commons.wikimedia.org

HABITAT :

Dans la nature, cette espèce est présente le long des cours d'eau, au niveau des sols très humide là où il y a des souches en décomposition et une végétation bien présente. Très souvent le TRIBOLONOTUS novaeguineae a été apperçu à proximité des amas de noix de coco, où il trouvait refuge en cas de danger.

Tribolonotus novaeguineae habitat Tribolonotus novaeguineae biotope
Source : http://www.wikipedia.fr

ALIMENTATION :

Ils apprécient principalement les vers à soie, teignes de ruche et vers de farine, les lombrics, cloporte, collemboles mais ils accèpteront également des grillons, blattes, criquets.
Pour les juvéniles il faudra faire attention à proposer des proies de tailles adaptées.

Consulter la fiche : Créer son élevage de lombric (ver de terre)

En captivité un apport en calcium et en vitamine D3 est obligatoire.

MAINTENANCE / SOINS EN CAPTIVITÉ :

Tribolonotus novaeguineae terrarium Pour un couple ou un trio il faudra un aqua-terrarium de 80x30x30 au minimum.
Il faudra cependant mettre en place plus de plateforme, souches,... en hauteur, car le TRIBOLONOTUS novaeguinae est un bon grimpeur. Afin de respecter au mieu leur habitat naturel, il faudra une couche de minimum 15cm d'humus de coco. Il faudra ainsi un fond de 3-4 cm de billes d'argile pour le drainage recouvert d'un feutre géotextile afin que l'humus ne se mélange pas.
En ce qui concerne les cachettes, n'hésitez pas à mettre plusieurs souches, écorces, noix de coco ... mais également de la mousse et des plants de pothos, fougères par exemple.
La partie aquatique quand à elle est très importante car lors des hausses de températures le TRIBOLONOTUS aura la possibilité de se "rafraichîr" dans le bassin. Il faudra mettre en place une pompe afin de pouvoir filtrer le fond et avoir une bonne oxygénation de l'eau. Pour ce qui est de l'aménagement du bassin on pourra mettre des plantes mais surtout des roches et souches afin d'éviter les risques ne noyades même si le TRIBOLONTUS est très bon nageur.


DISFORMISME SEXUEL :

Il existe plusieurs moyens pour déterminer le sexe d'un TRIBOLONOTUS :
- la taille : les mâles adultes sont généralement plus imposants.
- la coloration gris-bleu du deuxième et troisième orteil (visible en dessous de la patte) des mâles. Il s'agit en réalité des pores fémoraux.
- au niveau de l'abdomen les mâles on plus de rangées d'écailles que les femelles (chez les mâles on peut compter de 4 à 6 rangée).

correlophus_ciliatus_incubation.jpg correlophus_ciliatus_naissance
Source : http://www.breeders-expo.de

REPRODUCTION :

La reproduction du TRIBOLONOTUS n'est pas très complexe, à partir du moment où l'on respecte quelques règles.
Comme nous le savons maintenant c'et une espèce craintive donc un des critère important est de ne pas les stresser et de ne pas les déranger pour rien. Essayez donc de n'intervenir dans le terrarium que lorsqu'il y a besoin de les nourrir ou de changer la gamelle d'eau.
Après avoir effectuer une période un peu plus sèche en hiver, au début du printemps il faudra simuler une période de pluies (en augmentant les pulvérisations ou en mettant en place un burmisateur). Contrairement au TRIBOLONOTUS gracilis, Le TRIBOLONOTUS novaeguinae atteint la maturité sexuelle à partir de 2 ans.
La particularitée des femelles TRIBOLONOTUS novaguinae est qu'elle peut pondre jusqu'à 10 oeufs par an.
Si vous décider de retirer l'oeuf, il faut le faire lorsque les parents se sont absentés du site de ponte, pour ne pas les stresser. Sinon ils pousseront des cris et se montreront agressif.
Avec une température de 24 à 26°, l'incubation durera entre 65 jusqu'à 82 jours avec une hygrométrie proche des 80 à 90%.


MUTATIONS :

Il n'existe pas de mutation pour cette espèce.

STATUT JURIDIQUE :

L'espèce n'est actuellement pas pas protégée.




Cette fiche a été réalisé par :

Reptimagine
Copyright © - Tous droits réservés

Retourner aux fiches des reptiles